GLAUCOMES.FR

Site complet d'information sur le glaucome


Glaucome cortisonique

Quels corticoïdes ?

Tous les corticoïdes, quel que soit leur mode d'administration, peuvent provoquer une élévation de la pression intra-oculaire. Si cette hypertonie est importante, elle peut être responsable, en l'absence de traitement d'un glaucome.
L'élévation de la pression dépend du corticoïde et du mode d'administration.
Ce sont les traitement locaux (collyres et injections intra-vitréennes) qui provoquent les hypertonies les plus précoces (après 10 jours), et les plus importantes.
Les corticoïdes les plus puissants sont aussi les plus hypertonisants (dexaméthasone)
Les traitements par voie générale ne provoquent d'hypertonies que s'ils sont prolongés plus d'un mois.

Molécule de dexaméthasone

La molécule de dexaméthasone : un des corticoïdes les plus hypertonisants

Quel mécanisme ?

Les corticoïdes agissent en diminuant la perméabilité du trabéculum.

Quels yeux ?

Certains patients présentent plus de risque : ceux qui ont déjà un glaucome primitif à angle ouvert, ou les facteurs de risque d'un glaucome primitif à angle ouvert (âge, myopie).

Quel traitement ?

Le plus simple, si on le peut, est d'arrêter les corticoïdes. La baisse de la pression est fréquente, mais pas systématique. En cas de persistance d'une pression élevée, un traitement médical est institué. Si la pression reste élevée et entraîne un risque visuel, la chirurgie doit être envisagée.

Quelles précautions ?

En cas de corticothérapie par voie locale (collyre), la surveillance de la pression doit être régulière, car l'élévation de pression peut être très importante, sans donner aucun signe, car elle est progressive. Le cas typique est un patient qui soigne tout seul une allergie oculaire par des collyres corticoïdes qui le soulagent. Le glaucome ainsi induit est souvent diagnostiqué trop tard.
En cas de corticothérapie par voie générale, une surveillance de la pression intra-oculaire est bien sûr indispensable, mais l'hypertonie est retardée et inconstante.

Actualités du Glaucome

Décembre 2018
L'exercice physique est associé à un ralentissement de l'aggravation du champ visuel

L'exercice physique chez les sujets glaucomateux est associé à une détérioration du champ visuel moins rapide. Plus de marche, plus de temps passé à des exercices modérés à soutenus, plus de temps passé à des activités non sédentaires sont associés à un ralentissement du taux d'aggravation du champ visuel pouvant atteindre 10%.
Une étude avait déjà démontré l'effet protecteur de l'exercice physique. Il s'agit ici d'une étude concernant des sujets traités pour glaucome.
lien




Voir toutes les actualités

Pression intra-oculaire et pression artérielle ont-elles un rapport entre elles?

voir Questions-Réponses

 
A quelle heure faut-il consulter?

voir Conseils pratiques

 
Qu'appelle-t-on un scotome?

voir Dictionnaire