GLAUCOMES.FR

Site complet d'information sur le glaucome


Evolution et suivi du glaucome

La plupart des patients sont très inquiets quand ils entendent le mot "glaucome". Ce mot recouvre pourtant deux réalités très différentes :
- le glaucome à évolution lente, qui n'entraînera strictement aucune gêne visuelle,
- le glaucome à évolution rapide qui est lui très dangereux si un traitement incisif n'est pas rapidement institué.
Quand on diagnostique un glaucome, une surveillance est mise en place, avec pour but d'évaluer la rapidité d'aggravation du glaucome.
Les examens complémentaires dont nous disposons permettent d'évaluer la rapidité d'aggravation du glaucome, ou au contraire de s'assurer de sa stabilité.
Ces examens sophistiqués ne sont cependant pas parfaitement reproductibles : leurs résultats varient toujours un peu d'un jour à l'autre. Si bien que ces examens doivent être suffisamment répétés pour apprécier correctement l'aggravation ou la stabilité du glaucome.
La répétition des examens est particulièrement importante quand le glaucome vient d'être diagnostiqué. Il existe bien sûr des éléments en faveur d'un risque d'aggravation rapide : la pression intra-oculaire, l'âge, l'importance de l'atteinte...etc. Mais de nombreux glaucomes ne présentant aucun facteur de risque d'aggravation se révèlent à évolution rapide. La répétition des examens permet d'en faire le diagnostic. La règle est ainsi de pratiquer au moins 6 
champs visuels dans les deux premières années suivant le diagnostic.
En complément du champ visuel qui mesure le fonctionnement de la tête du nerf optique, la surveillance repose sur l'
OCT qui évalue la structure de la tête du nerf optique. Les appareils les plus récents utilisent les données du premier examen pour se recaler automatiquement lors des examens suivants. A condition d'être répétés régulièrement, ils permettent ainsi de quantifier la vitesse d'aggravation de la structure de la tête du nerf optique.
La surveillance du glaucome est régulière et adaptée au risque évolutif. Elle reste dans tous les cas rigoureuse, car un glaucome d'évolution lente au début peut après quelques années changer de statut et devenir un glaucome d'évolution rapide.
Un dernier élément de la surveillance est l'angle : un glaucome dont l'
angle iridocornéen est ouvert, peut avec le temps se fermer progressivement et devenir un glaucome à angle fermé (le terme de glaucome mixte est parfois employé).

Champ visuel normal avec visualisation de la tache aveugle

Un champ visuel de l'œil droit strictement normal. La tache noire située à droite représente un scotome que nous avons tous. Cet endroit est "aveugle" car dépourvu de récepteurs visuels. Il correspond à l'émergence du nerf optique.


Actualités du Glaucome

Décembre 2018
L'exercice physique est associé à un ralentissement de l'aggravation du champ visuel

L'exercice physique chez les sujets glaucomateux est associé à une détérioration du champ visuel moins rapide. Plus de marche, plus de temps passé à des exercices modérés à soutenus, plus de temps passé à des activités non sédentaires sont associés à un ralentissement du taux d'aggravation du champ visuel pouvant atteindre 10%.
Une étude avait déjà démontré l'effet protecteur de l'exercice physique. Il s'agit ici d'une étude concernant des sujets traités pour glaucome.
lien

Une nouvelle molécule hypotonisante prometteuse testée en phase III

L'omidenepag isopropyl (DE-117) est le précurseur de l'omidenepag, agoniste non-prostanoïde des récepteurs de la prostaglandine E2. Il s’agit d’une classe différente des prostaglandines hypotensives actuellement disponibles, qui sont des agonistes des récepteurs de la prostaglandine F. De plus, la structure chimique de l'omidenepag, différente d'une prostaglandine, lui confère une affinité sélective forte pour le seul récepteur EP2. De précédentes études sur l’omidenepag isopropyl ont montré une action plus fortement hypotensive que les prostaglandines disponibles, moins d'effets secondaires, et un mode d’action différent (facilitation des deux voies, uvéosclérale et trabéculaire). L'étude pivot qui vient d'être lancée enrôlera 400 adultes présentant une hypertonie oculaire ou un glaucome et jusqu’à 30 enfants. Elle comparera les effets du DE-117 à ceux du timolol.
lien





Voir toutes les actualités